Actualités

Plume N° 68

Lettres d'une âme damnée

Inédites jusqu’à aujourd’hui, les lettres d’Heinrich Himmler, directeur de la SS, adressées à sa femme, Marga, et écrites entre 1927 et 1945, viennent de paraître en France aux éditions Plon. Selon Die Welt, qui en a publié une partie en feuilleton, les premiers échanges épistolaires ne seraient que des lettres d’amour, mais l’antisémitisme d’Heinrich Himmler transparaît. « Ces lettres confirment Himmler comme le grand ordonnateur de la Solution finale et le présentent comme beaucoup plus proche d’Hitler que certains historiens l’ont écrit », souligne la maison d’édition Plon.

[...] Lisez la suite dans le numéro 68 du magazine Plume

Plume N° 68 Rubrique : Zoom sur...

Grandes femmes d'hier et d'aujourd'hui

À l’occasion de la Journée de la femme, l’Institut des Lettres et Manuscrits a accueilli, du 5 au 9 mars, une exposition et des conférences autour de témoignages historiques de militantes féministes, de romancières, de scientifiques ou encore d’artistes. Gérard Lhéritier avait convié, pour l’événement, de grandes dames de la presse française.

[...] Lisez la suite dans le numéro 68 du magazine Plume

Plume N° 68 Rubrique : Zoom sur...

Le livre en vedette

Depuis quelques mois, le Scriptorial d’Avranches présente une exposition originale sur les relations parfois étroites qu’entretiennent le livre et le cinéma. Le livre fait son cinéma !, à voir jusqu’au 8 juin, va bien au-delà du thème de l’adaptation d’un best-seller en long métrage.

[...] Lisez la suite dans le numéro 68 du magazine Plume

Plume N° 68 Rubrique : Zoom sur...

Entre les lignes et les tranchées

La grande guerre ne s’est pas déclenchée en trois jours. elle plonge ses racines dans l’histoire en général et dans la belle Époque en particulier. L’incroyable dispositif de propagande qui permit aux élites gouvernantes, en france comme en Allemagne, d’entraîner les peuples dans l’apocalypse, méritait d’être démonté en rapport avec des paroles de poilus écrites dans la boue des tranchées et qui font mentir l’histoire officielle, l’histoire instrumentalisée par ceux qui voudraient encore nous faire croire, cent ans après, que cette catastrophe était inévitable et relevait du consentement des peuples.

[...] Lisez la suite dans le numéro 68 du magazine Plume

Plume N° 68 Rubrique : Zoom sur...

Un visiteur de marque au Musée des Lettres et manuscrits

Le 21 janvier dernier, Gérard Lhéritier a accueilli, au Musée des Lettres et Manuscrits, un hôte de marque en la personne de Nicolas Sarkozy, ancien Président de la République et amateur de lettres et de manuscrits.

Si l’on sait l’intérêt que porte l’ancien Président de la République aux timbres dont il est un fervent collectionneur, on connaît moins sa passion pour les lettres et manuscrits, une passion révélée par Carla Bruni son épouse qui lui offrit voici quelques années une lettre de Charles de Gaulle. Accordant une place de choix au patrimoine écrit, comme il l’a montré en 2010 lors d’un déplacement à Séoul où il annonça la restitution à la Corée du Sud des manuscrits royaux que la France lui avait « empruntés » à la fin du XIXe siècle, l’ex-président de la République se montra enthousiaste en découvrant les centaines de lettres, manuscrits, dessins et éditions originales présentés dans ce musée sans équivalent, riche de 135 000 oeuvres de toutes époques et d’auteurs de multiples horizons. Sa visite au Musée des Lettres et Manuscrits constitua donc pour lui un véritable plaisir.

[...] Lisez la suite dans le numéro 68 du magazine Plume

Plume N° 68 Rubrique : Zoom sur...

Paris, capitale mondiale du livre ancien

Ce printemps 2014 sera marqué par différents événements consacrés au livre ancien. Signalons tout d’abord la 26e édition du Salon international du livre ancien, de l’estampe et du dessin qui se déroulera du 11 au 13 avril, comme chaque année depuis 2007 sous la prestigieuse nef du Grand Palais à Paris. À noter que le Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne (SLAM) fêtera son centenaire, dans le cadre de ce salon dont il est le co-organisateur avec la Chambre syndicale de l’estampe, du dessin et du tableau. Enfin, la Ligue Internationale de la Librairie Ancienne (LILA) a choisi cette année Paris pour son congrès biennal qui réunit des libraires du monde entier affiliés à cette fédération.

[...] Lisez la suite dans le numéro 68 du magazine Plume

 

 


Salon international du livre ancien, de l’estampe et du dessin
Du 11 au 13 avril
Grand Palais
Avenue Winston Churchill
75008 Paris
www.salondulivreancienparis.fr

Plume N° 68 Rubrique : Zoom sur...

Plume N° 67

Le manuscrit retrouvé de l'ouest sauvage

La vaste forêt naturelle du parc national de Yellowstone, aux États-Unis, couvre près de 9 000 km2, dont 96 % dans le Wyoming, 3 % dans le Montana et 1% dans l’Idaho. On trouve à Yellowstone plus de 10 000 caractéristiques thermales, soit plus de la moitié des phénomènes géothermiques du monde. Le parc possède également la plus forte concentration mondiale de geysers. Yellowstone est également connu pour sa faune sauvage (grizzli, loup, bison et wapiti). Un lieu magique, devenu parc national en 1872, grâce à un manuscrit, perdu il y a plus d’un siècle et retrouvé récemment.

[…]

Plume N° 67 Rubrique : Zoom sur...

Maîtres d'art et art du livre

Créé en 1994, le titre de Maître d’art est attribué à des professionnels des métiers d’art reconnus pour leur savoir-faire remarquable et rare qu’ils transmettent à de jeunes professionnels. Parmi les huit nouveaux Maîtres d’art nommés par le ministère de la Culture et de la Communication en novembre dernier, figurent deux artistes de l’écrit et du livre : Nelly Gable, l’un des derniers graveurs de poinçons typographiques, et Didier Mutel, graveur, éditeur et illustrateur de talent.

À ce jour, on compte 115 Maîtres d’art. Ce dispositif original, reconnu par l’UNESCO, consiste à préserver et transmettre des savoir-faire artisanaux et à mettre en place de véritables « contrats de génération » entre un professionnel ayant au moins quinze ans d’expérience, le Maître d’art, et un plus jeune professionnel qui a un minimum de cinq ans d’activité dans sa discipline. La formation se déroule essentiellement dans l’atelier du Maître d’art durant trois ans, le ministère de la Culture et de la Communication attribuant au Maître d’art une allocation annuelle de 16 000 € afin d’assurer cette formation de haut niveau. Le but est aussi d’inscrire cette transmission de gestes et de procédés dans un développement économique viable : au terme de sa formation, l’élève développe son projet professionnel, soit aux côtés du Maître d’art, ou en reprenant son atelier, soit en créant sa propre entreprise. […]

Plume N° 67 Rubrique : Zoom sur...

Arte lance un jeu vidéo typographique

« Sortez de l’écran ! Découvrez l’anatomie des lettres dans une installation interactive poétique, utilisant vidéo projection et reconnaissance de forme, destinée à toute la famille » est-il ainsi recommandé par la chaîne franco-allemande Arte lors de la sortie de son premier jeu vidéo typographique, Type : Rider.

C’est avec pédagogie qu’Arte nous plonge dans l’univers de la typographie : l’aventure visuelle disponible sur ordinateur, tablette et mobile, retrace près de 600 ans d’histoire de la typographie, depuis sa création à la fin du Moyen Âge jusqu’à ses plus récentes évolutions. Type : Rider est un projet mûri pendant cinq ans et coûtant 400 000 euros. […]

Plume N° 67 Rubrique : Zoom sur...

La guerre et le web

Alors que La Grande Collecte a débuté il y a quelques mois avec succès, il n’est toutefois pas nécessaire d’attendre la numérisation massive des documents récoltés sur la guerre de 1914-1918, pour avoir accès sur internet à de nombreuses archives, correspondances et journaux intimes de poilus. Les Français ont en effet déjà pris des mesures pour transmettre cette mémoire à la fois intime et d’une grande portée historique ; car les paroles de ces poilus, ce sont avant tout les paroles d’hommes à leurs parents, leur femme, leurs enfants. Leurs descendants, conscients de l’importance de ces témoignages, ont depuis longtemps transcrit et numérisé leurs lettres et journaux intimes de la guerre. D’autres ont aussi regroupé les documents par thèmes, comme les correspondances des prisonniers de Holzminden, les lettres des martyrs de Vingré ou des photos des tranchées. Une façon vibrante d’entrevoir le quotidien des combattants français et de leurs familles.

Johanna Neplaz

Journaux intimes et correspondances :
http://lettresoubliees1418.fr/wordpress
www.anneautin.eu/henri
http://passé-présent-futur-de-stéphane.com/mmoiresdejeanpet14-18/index.html

Travaux thématiques :
http://holzminden.free.fr/spip.php?rubrique2
http://chtimiste.com/

Plume N° 67 Rubrique : Zoom sur...

Camus : une exposition à la carte

Trop de textes ou pas assez, trop d’informations ou pas les bonnes, trop de monde... on ne trouve pas toujours son bonheur dans une exposition. En proposant une exposition numérique consacrée à Albert Camus, l’Institut Français offre au visiteur une expérience sur mesure grâce aux possibilités offertes par les nouvelles technologies. Munis de votre smartphone, ou d’une tablette prêtée pour l’occasion, vous pourrez partir à la découverte de la vie et de l’oeuvre du célèbre auteur français. En scannant les QR codes, répartis sur une immense fresque de plus de quatre mètres de long, vous accédez à un contenu riche, varié mais surtout adapté à vos souhaits. Ainsi, vous pouvez concentrer votre visite sur les aspects qui vous intéressent et en laisser d’autres de côté. On peut lire Camus, mais on peut aussi le voir et l’entendre. On peut feuilleter et zoomer sur ses écrits, ses brouillons, ses textes ou ses lettres. Grâce à ce nouveau procédé, le visiteur devient acteur de sa visite et conçoit l’exposition de son choix. L’exposition numérique Albert Camus 1913-2013 se déplacera partout dans le monde en 2014.

Charlotte Meunier

POUR PLUS DE RENSEIGNEMENTS : www.institutfrancais.com

Plume N° 67 Rubrique : Zoom sur...

Une collecte pour l'histoire

La Bibliothèque nationale de France, la Mission du Centenaire, Europeana 1914-1918 ainsi que d’autres institutions, ont commencé à organiser la Grande Collecte, qui va s’étendre jusqu’en 2014. Un premier appel a été lancé au public afin de numériser tous les documents en mains privées qui ont trait à la période de la Première Guerre mondiale. Cette campagne s’inscrit dans un vaste projet européen, pour qu’un siècle après, la mémoire ne disparaisse pas.

Toutes les personnes ou familles conservant dans leurs archives personnelles des journaux intimes, des carnets, des correspondances, des photographies, des tracts ou des affiches datant de la Première Guerre mondiale ont été appelées à se faire connaître et à porter leurs documents aux institutions nationales. Celles-ci ont pour mission de les numériser et de les préserver des ravages du temps et de la destruction. Les contributeurs peuvent à leur convenance soit récupérer leurs documents soit les confier en don ou en dépôt à l’institution chargée de les numériser. […]

Plume N° 67 Rubrique : Zoom sur...

"On ne voit bien qu'avec le coeur"

À l’occasion du 70e anniversaire de la disparition de Saint-Exupéry, la Fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la Jeunesse est sur le point de voir se réaliser un projet qu’elle mûrit depuis deux ans : l’édition tactile du Petit Prince, avec pour la première fois, la transcription en relief des aquarelles. La sortie de ce livre est prévue cet été.

Si ce livre fondateur était déjà adapté aux non-voyants par de nombreuses transcriptions en braille, les dessins, eux, ne l’étaient pas. Grâce à ce projet pionnier, les personnes déficientes visuelles vont pouvoir découvrir les aquarelles indissociables de ce texte si célèbre et goûter plus pleinement à la poésie de l’oeuvre. En outre, la réalisation de ce livre adapté s’inscrit dans un projet global d’ouverture du dessin aux jeunes aveugles. […]

Plume N° 67 Rubrique : Zoom sur...

Angers s'illumine

Le musée des Beaux-Arts d’Angers accueille, jusqu’au 16 mars, l’exposition Trésors enluminés des musées de France qui présente une sélection des plus beaux manuscrits du Moyen Âge et de la Renaissance, conservés dans les musées des Pays de la Loire et du Centre.

Les musées publics, à l’instar des bibliothèques, possèdent de nombreux manuscrits enluminés, mais ceux-ci sont peu connus et rarement exposés en raison de leur fragilité. C’est justement pour mettre en lumière ce patrimoine exceptionnel que l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) a lancé en 2005 l’inventaire du corpus des musées de France. Parallèlement à cette initiative, des expositions s’organisent dans différentes villes, comme ici à Angers, ou encore à Toulouse et à Lille. […]


PLUS DE RENSEIGNEMENTS : http://musees.angers.fr/expositions/prochainement

Plume N° 67 Rubrique : Zoom sur...

"Je n'ai rien à te dire sinon que je t'aime"

Cette émouvante et intrigante déclaration, extraite d’une lettre de Léon Bloy à sa fiancée Jeanne Molbech, est le titre de la nouvelle exposition du Musée des Lettres et Manuscrits de Bruxelles, consacrée aux correspondances amoureuses. Du 11 décembre 2013 au 16 mars 2014, le Musée vous invite à pénétrer dans les écrits intimes et les confidences de personnages célèbres.

Qu’existe-t-il de plus difficile que de retranscrire ses sentiments sur une feuille de papier ? La lettre d’amour, née de la distance et du manque entre les amants séparés, est probablement le genre épistolaire le plus délicat, dans la mesure où toute la difficulté réside dans la recherche du bon mot pour retranscrire un sentiment qui tient de l’inexprimable. Comment saisir avec justesse ce que l’on ressent ? Et même si l’on se cantonne à ressasser sans cesse le même « je t’aime », ces quelques mots d’amour restent malgré tout magiques. « Aucun genre épistolaire n’est moins difficile que la lettre d’amour : il n’y est besoin que d’amour » (Raymond Radiguet, Le Diable au corps, 1923), les auteurs des documents présentés démontrent donc que peu importe les mots choisis et les tournures de phrases usitées, les amants sont toujours émouvants dans leurs écrits à la fois si maladroits et si poétiques.

Méandres des sentiments

Déclarations passionnées, missives enflammées, érotiques, plaintes, désirs, jalousies… ces courriers reflètent quelques-unes des facettes d’un état mystérieux dont personne ne souhaite guérir. Loin de présenter un panorama exhaustif du sentiment amoureux, cette exposition laisse la part belle à la nostalgie, celle de l’exaltation de recevoir, de décacheter et de lire les mots lyriques et passionnés de l’être aimé. Souvenirs d’une époque où les déclarations d’amour se faisaient sur papier ; Musset, Apollinaire, Cocteau, Prévert, Piaf, Flaubert, Chopin, Guitry, Alexandre II, Stendhal… écrivains, artistes, hommes d’histoire, musiciens, autant de personnalités aux parcours différents se trouvent rassemblées ici autour d’un même sentiment : l’Amour. Stendhal dissèque les différentes phases de ce sentiment intemporel ; Sacha Guitry nous offre les mots d’un amoureux transi, impatient et exalté ; les échanges entre le tsar Alexandre II et sa maîtresse Katya dévoilent des lettres intimes nourries de cette frénésie dévorante, de ce tourbillon inexplicable qu’est la passion ; Juliette Drouet exprime sa dévotion totale à Victor Hugo. À découvrir encore : les missives poétiques de René Char ou les lettres de rupture dans lesquelles les mots deviennent accusateurs ou désespérés, mais toujours poignants, témoins d’un amour partagé qui n’est plus. Cette exposition consacrée aux correspondances amoureuses, et plus précisément à l’expression amoureuse, donne envie de préciser à l’être aimé « Laisse-moi t’écrire comment je t’aime ».

Estelle Gaudry

« JE N’AI RIEN À TE DIRE SINON QUE JE T’AIME »
JUSQU’AU 16 MARS
MUSÉE DES LETTRES ET MANUSCRITS
GALERIE DU ROI 1
1000 BRUXELLES
TÉL. : +32 (0)2 514 71 87
www.mlmb.be

Plume N° 67 Rubrique : Zoom sur...

La fabrique de Proust

Un agenda inconnu de Marcel Proust, genèse de Du côté de chez Swann, vient d’être acquis par la Bibliothèque nationale de France grâce au mécénat. Cet agenda est riche d’annotations concernant la vie à Combray et contient un grand nombre de listes : termes d’architecture, de cuisine, de botanique. Il comprend aussi une curiosité : des notes datées entre le 11 et le 14 août 1906, révélant que Proust a organisé pendant plusieurs semaines la filature d’une femme dans Paris. Cette note sibylline semble faire écho à une lettre datée de février 1920, envoyée à la princesse de Polignac, et dans laquelle Proust se plaint d’une rumeur selon laquelle il suivrait des petites modistes le soir dans l’autobus. Selon le président de la BnF, Bruno Racine, cet agenda va compléter les carnets de notes qui éclairent la création de À la Recherche du temps perdu. Les manuscrits, les cahiers de mise au net, les épreuves corrigées avec paperoles, la correspondance de Proust et cet agenda sont en effet tous nécessaires pour comprendre cette cathédrale de mots que constitue La Recherche. Cent ans après la publication du premier volume, la BnF vient donc ajouter une nouvelle pierre à l’édifi ce proustien.

Sébastien Zaaf

Plume N° 67 Rubrique : Zoom sur...

French Lines cherche des fonds

L’association havraise French Lines qui conserve les archives des plus grandes compagnies maritimes françaises et à laquelle nous avions consacré un dossier dans Plume n°60, se trouve face à un défi de taille : trouver 600 000 € pour financer son déménagement. En juillet 2014, elle devra quitter le quai Joannès Couvert - réservé aux futures usines d’éoliennes d’Areva - pour s’installer dans d’anciens ateliers municipaux remis à neuf par la Ville et mieux adaptés aux conditions de conservation et à la valorisation des collections. Entre temps, il va falloir déplacer 150 ans d’histoire de la marine marchande : 5 kilomètres linéaires d’archives, près de 80 000 phototypes, 300 fi lms, 32 000 objets divers (affi ches, maquettes, tableaux, mobilier, argenterie) issus de paquebots mythiques tels que le France ou le Normandie. Le plan de mobilisation prévoit plusieurs mesures, parmi lesquelles l’appel au mécénat, la vente aux enchères de biens aliénables (500 000 objets sont conservés en multiples exemplaires), ou encore l’ouverture d’un site marchand permettant d’acquérir des objets originaux. Avis aux collectionneurs qui en outre participeront à la sauvegarde du patrimoine !
Cécile Enjelvin


PLUS DE RENSEIGNEMENTS : www.frenchlines.com

Plume N° 67 Rubrique : Zoom sur...

Il faut sauver l'orthographe

Soixante pour cent des jeunes Français ont une orthographe catastrophique. De plus en plus d’établissements d’enseignement supérieur imposent annuellement à leurs étudiants une dictée collective, méthode qui se veut ludique pour évaluer leur niveau en orthographe et grammaire. On sait grâce à cela que les jeunes Français font aujourd’hui, en moyenne, 14 fautes en dix lignes de texte ! Pour enrayer ce naufrage linguistique, il va falloir des mesures de grande ampleur !

La source du problème est criante : ces garçons et filles n’étant ni plus sots ni plus paresseux que l’étaient leurs aînés à leur âge, il faut vraiment que leur langue maternelle, à l’école, leur ait été enseignée de façon inadéquate pour qu’ils en ignorent à ce point - ou en aient oublié -, les fondamentaux.[…]

Plume N° 67 Rubrique : Zoom sur...

Michel Foucault à la BnF

Le philosophe Michel Foucault, mort en 1984, a laissé un héritage impressionnant, tant par la masse de ses archiveset de ses publications que par son héritage intellectuel qui rayonne même jusque dans les universités américaines. Ces dernières se tenaient d’ailleurs prêtes, depuis trente ans, à acquérir les archives de Foucault, avant que l’État français ne les déclare Trésor national. Après une longue attente, la Bibliothèque nationale de France vient de recueillir ces joyaux de la philosophie moderne.

Le volume de ces archives est extraordinaire : 90 boîtes abritant plus de 37 000 feuillets. Parmi les pépites retrouvées dans ce fonds, le quatrième tome inédit de son Histoire de la sexualité, intitulé Aveux de la chair. Mais figure aussi dans cet inventaire de 63 pages au total, un incroyable journal intellectuel de 29 carnets à spirale, résumant presque trente-cinq années de recherche. [...]

Plume N° 67 Rubrique : Zoom sur...

Plume N° 66

Le grand retour de Giovanni Verga

Giovanni Verga, grand romancier sicilien du XIXe siècle, a laissé, à sa mort en 1922, de nombreuses archives. La police italienne a récemment saisi, à Rome, 36 manuscrits de l’écrivain, des lettres et des dessins qui avaient disparu depuis quatre-vingts ans, le tout estimé à près de quatre millions d’euros. Cette affaire à rebondissements pourrait permettre de redécouvrir, en France, cet auteur fort célèbre dans son pays.

Giovanni Verga (1840-1922), grand représentant du vérisme - ce mouvement littéraire italien né à la fin du XIXe siècle, héritier du naturalisme français -, est l’auteur notamment des célèbres Malavoglia, parues en 1881. Parmi les documents retrouvés figurent le manuscrit inestimable du premier roman écrit par Verga lorsqu’il avait 16 ans, Amour et patrie, la première ébauche des Malavoglia, ainsi que sa correspondance avec D’Annunzio, Croce, Pirandello… des écrits qui vont permettre de revisiter l’histoire culturelle de l’Italie préfasciste.

Plume N° 66 Rubrique : Zoom sur...

Shakespeare relié

Organisée par la célèbre association britannique de relieurs Designer Bookbinders, en collaboration avec la Wormsley-Sir Paul Getty Library et la Bodleian Library d’Oxford, la deuxième édition du concours international de reliure d’art, Designer Bookbinders, donne lieu à une importante exposition itinérante, présentée initialement à Londres, puis à Bruxelles (Bibliotheca Wittockiana, jusqu’au 5 janvier), en Estonie, en République tchèque, en Allemagne, en Espagne, puis au Japon. Des relieurs d’une trentaine de pays ont travaillé cette année sur des textes de William Shakespeare. Les deux premiers prix ont été décernés à l’artiste anglais Dominic Riley pour sa reliure sur l’œuvre Pyrame et Thisbé, et à l’artiste espagnol Eduardo Giménez, pour sa reliure intitulée This Solid Globe, référence au Théâtre du Globe de Londres, réputé pour ses représentations shakespeariennes.
Un prix spécial a été attribué à l’étudiant japonais Yuri Nomura, et 25 relieurs ont été récompensés pour la qualité de leurs travaux. Ce concours-exposition est ainsi l’occasion de promouvoir l’art de la reliure comme le souligne Mark Getty : « Les reliures nous permettent d’exprimer notre émerveillement face aux réalisations littéraires et intellectuelles de l’homme ».
PASCAL FULACHER

SHAKESPEARE RELIE
JUSQU’AU 5 JANVIER
BIBLIOTHECA WITTOCKIANA
23, RUE DU BEMEL - 1150 BRUXELLES
TEL. : ++ (32) (0)2 770 53 33
www.wittockiana.org

Plume N° 66 Rubrique : Zoom sur...

Luther apparaît et disparaît

Un professeur allemand de théologie, Ulrich Bubenheimer, vient de découvrir des notes manuscrites de Martin Luther à la bibliothèque de Duc August à Wolfenbüttel, dans le nord de l’Allemagne. Né en 1483 et mort en 1546, Martin Luther, grand réformateur de l’Église et père du protestantisme, effectua une traduction de la Bible en langue vernaculaire dont l’impact culturel fut primordial, notamment pour les fondements de la langue allemande. Ces notes, écrites dans la marge d’un poème et d’une chronique, dateraient de l’époque où Luther étudiait à Erfurt entre 1501 et 1505. Selon la bibliothèque, « ces annotations font partie des plus vieilles écritures conservées de Luther ». Ce dernier s’interroge sur le mot latin « fides » - la foi -, et sur une sainte de sa patrie, Élisabeth de Thuringe. Alors que ces notes manuscrites viennent d’être découvertes, à quelques dizaines de kilomètres, des manuscrits de Luther ont été dérobés dans sa maison-musée à Eisenach. Ces manuscrits, datés de 1520, 1524 et 1530 sont estimés à 60 000 euros.
SEGOLENE LHOMMEE

Plume N° 66 Rubrique : Zoom sur...

Artistes migrateurs du XXe siècle

Le Scriptorial d’Avranches - Musée des manuscrits du Mont Saint-Michel nous convie cet automne, à travers l’exposition pARTages, à découvrir écrivains, peintres, graveurs, photographes… qui privilégient le papier dans leurs créations et vont à la rencontre de la diversité du monde.

Trois écrivains migrateurs emblématiques de notre époque forment le socle de cette exposition : le poète Michel Butor, récipiendaire du Grand Prix de littérature décerné par l'Académie française en juin 2013, grand voyageur, explorateur de toutes les formes de livres ; le romancier Jean-Marie Le Clézio voyageur entre les mondes, prix Nobel de littérature, dont un manuscrit est présenté pour la première fois ; Tahar Ben Jelloun, poète, romancier et conteur, prix Goncourt, essayiste et également chroniqueur régulier pour plusieurs grands journaux européens.

Plume N° 66 Rubrique : Zoom sur...

Libération d'un roman russe

Le Service fédéral de sécurité de la Fédération Russe, l’ancien KGB, a confié un manuscrit précieux aux archives du pays. Il s’agit de l’original du roman de Vassili Grossman, Vie et Destin. Écrit entre 1943 et 1961, cet ouvrage dénonce le totalitarisme stalinien et l’antisémitisme en U.R.S.S. avant et après la guerre. Le KGB détenait non seulement le manuscrit original mais aussi des versions dactylographiées et des photocopies de l’auteur avec ses notes. Au total, plus de 10 000 pages qui vont permettre de rendre compte de la pensée de Vassili Grossman. L’ouvrage, dont des pages cachées sont passées à l’Ouest, a été publié en 1981 dans une version raccourcie. Pourtant, il a rapidement été présenté comme le Guerre et Paix du XXe siècle. Le ministre de la Culture russe s’est félicité de la remise de ce manuscrit aux Archives nationales russes. Au sein de la Loubianka, le bâtiment de l’ancien KGB, le ministre estime qu’un grand nombre de manuscrits d’écrivains et d’opposants politiques dorment encore. Il espère que ces manuscrits rejoindront bientôt celui de Vassili Grossman.
SEBASTIEN ZAAF

Plume N° 66 Rubrique : Zoom sur...

L'éternel retour de Fantômas

La collection « Bouquins » chez Robert Laffont a eu une idée de génie. Et même de génie criminel puisqu’elle se lance dans la republication de l’intégrale des aventures du maestro du Mal, Fantômas. Le centenaire de l’œuvre est l’occasion de la réédition des 32 volumes de la saga originale. La responsable du projet, Dominique Vincent, a dû mettre en œuvre un plan digne de Fantômas pour ce projet : les romans originaux retrouvés étant en trop mauvais état, il a fallu les photographier et les scanner. Jouant à l’inspecteur Juve, elle a même retrouvé certains cahiers qui manquaient, effectuant de longues recherches dans les bibliothèques universitaires et auprès des collectionneurs. Plus complète que les versions précédentes parues dans les années 1960, cette nouvelle édition est un instantané de la Belle Époque. Le héros des surréalistes (« Fantômas, c’est l’Énéide des temps modernes » disait Cendrars) est de retour et il faut espérer que ni l’inspecteur Juve ni le journaliste Fandor ne l’arrêteront avant la fin !
Sébastien Zaaf

Plume N° 66 Rubrique : Zoom sur...

Pages

S'abonner à Actualités